L'illusion de la vision du mental

27/11/2019

Le mental, c'est le fonctionnement du psychisme, par lequel nous vivons dans notre monde au lieu de vivre dans le monde. C'est une définition concrètement très efficace. 

Lors de mon premier séjour auprès de Swâmiji, je lui parlais de Ma Anandamayi auprès de qui j'avais passé presque deux ans par périodes de plusieurs mois, de 1959 à 1965, et dont l'influence était ce que j'avais de plus important dans ma vie à cette époque. Tout d'un coup, Swâmiji m'interrompt et me dit:« Vous n'avez jamais vu Ma Anandamayi » . Je suis assez mal à l'aise, comme lorsqu'il y a un malentendu avec quelqu'un dont on attend beaucoup, j'ai l'impression d'une incompréhension totale et je répète: « Si, si, Swâmiji, non seulement je l'ai vue, mais j'ai même eu un grand nombre d'entretiens privés avec elle.» Swâmiji m'interrompt: «Vous n'avez jamais vu Ma Anandamayi .» Devant ce dialogue de sourds, je me sens de plus en plus dérouté. Au bout d'un moment Swâmiji me dit: « Vous n'avez jamais vu Ma Anandamayi, jamais, jamais, vous avez vu seulement votre Ma Anandamayi.»

Il faut bien réfléchir à une parole comme celle-là, ne pas se contenter de la trouver originale ou intéressante mais se l'appliquer à soi-même et en faire sa propre expérience et sa propre conviction. Le cœur de cette phrase, c'est cet adjectif possessif: votre Ma Anandamayi. Et cela mérite d'être regardé de près. Que signifie ce votre, cet adjectif possessif ? On peut s'y tromper. Si je dis mon fils, on comprend bien que je peux considérer ce fils comme étant à moi, si je dis ma voiture on peut comprendre que je considère cette voiture comme étant à moi ; c'est simplement l'adjectif possessif tel que nous l'avons appris à l'école. Et si je dis: «Vous ne voyez pas la voiture, vous voyez votre voiture », vous pouvez passer à côté du sens profond de cette phrase. «Bien sûr je vois ma voiture, puisque c'est ma voiture»

Ma voiture, mon fils signifie que vous voyez le fils de votre mental, la voiture de votre mental, c'est-à-dire que vous ne les voyez pas en eux-mêmes mais en référence au mental, à l'ego, et à tout cet inconscient dans lequel le mental et l'ego ont leurs racines. Vous les voyez par rapport à vous. C'est vrai toujours, qu'il s'agisse d'objets qui vous appartiennent légalement, tels que la maison dont vous êtes propriétaire devant le notaire et la voiture dont vous détenez la carte grise, ou de tout ce avec quoi vous êtes en contact. 

Comprenez bien les gradations subtiles de cet égoïsme. Vous ne voyez pas d'une façon impersonnelle mais d'une façon subjective, en fonction de la donnée essentielle de l'ego qui est de distinguer ce qu'il considère comme bon et comme mauvais. En fait, on ne l'assimile qu'au fur et à mesure de sa propre transformation intérieure.

Vous êtes «égoïste» parce que vous êtes attaché à tout ce que vous possédez, c'est vrai, mais ce dont je parle va plus loin. Déjà, en ce qui concerne la relation des parents avec les enfants, c'est beaucoup de reconnaître: je suis son père, et pas seulement: c'est mon enfant. Pendant longtemps, jusqu'à ce qu'une radicale transformation se soit opérée en nous, nous ne voyons en effet que notre monde. 

C'est pour cela que j'insiste sur cet enseignement qui paraît si simple et qui en fait est si subtil. Chacun a vu « son» château de Versailles, à travers son inconscient, à travers son mental, à travers son ego

Vous devez vérifier combien c'est vrai et, si vous avez cette conviction expérimentale, vous voudrez échapper à cette limitation. Ce qu'un autre a expérimenté et vous transmet n'a pas de valeur, Le gourou (Maître spirituel) n'est pas là pour vous faire part de son expérience, il est là pour vous aider à faire à votre tour la même expérience. 

Pourquoi chercheriez-vous à vous « libérer » , si vous ne vous considérez pas comme prisonnier ? Pourquoi chercheriez-vous à vous « éveiller », si vous ne vous considérez pas comme endormi ? Pourquoi chercheriez-vous, au prix d'intenses efforts menés à longueur de journée, à vivre dans le monde si vous n'êtes pas convaincu, intimement, profondément, par votre propre certitude, que personne ne vit dans le même monde et que c'est l'explication de toutes les tragédies qui surviennent à la surface de la terre dans les relations entre les êtres humains ? 

C'est bien pourquoi le langage symbolique des miracles du Christ dit que les aveugles voient et les sourds entendent ou encore que certains ont des yeux pour ne pas voir et des oreilles pour ne pas entendre. 

Je redis ce soir la parole d'Héraclite «  Les hommes qui dorment encore vivent chacun dans un monde différent, ceux qui se sont éveillés vivent tous dans le même monde.»


Extrait du livre "Le Vedanta et l'Inconscient" de Arnaud Desjardins